Le mot du proviseur

mme robert_edited_edited.png

Je sacrifie volontiers à l’usage du mot de rentrée, période propice à un nouvel élan s’il en est.

Chaque génération qui passe voit arriver une nouvelle génération d’élèves, toujours différents et cependant toujours les mêmes ; il n’est que d’observer leur énergie, de discerner ce que chacun d’eux recèle d’ardeur personnelle et ce que leur ensemble représente d’énergie collective pour se convaincre, une fois encore, que l’avenir leur appartient.

 

Nous savons que notre communauté éducative dans son ensemble, tous personnels confondus et parents d’élèves, mènera cette génération vers le succès grâce à son implication quotidienne et dynamique.

Nous savons aussi quel est le potentiel de nos élèves et nous mettons tout en œuvre pour optimiser les chances de réussite dans la voie qui correspondra le mieux à tout un chacun. Notre structure demeure un atout porteur de même que l’alliance de la rigueur et de la bienveillance dans l’accompagnement des élèves.

 

L’établissement  accueille aujourd’hui dans des locaux rénovés et dans un climat d’exigence bienveillante, plus de 1000 lycéens ayant accès à la majorité des spécialités du baccalauréat général, dont la spécialité danse, et près de 200 étudiants dans ses  classes préparatoires scientifiques (filières MPSI et PCSI), économiques et commerciales (ECG) et droit et économie (ENS D1).

Le lycée François 1er a fêté ses 150 ans en 2016 et a bénéficié d’une rénovation importante qui met en valeur cet édifice qui est l’un des rares au Havre, à l’exception de l’aile sud, à ne pas avoir été détruit par les bombardements de 1944. C’est à ce titre qu’il est ouvert au public lors des journées du Patrimoine.

 

Dans cet environnement propice à la réussite, nous pouvons nous acquitter de notre double mission, d’une part assurer l’élévation du niveau de connaissances de tous les élèves et d’autre part participer à la formation du futur citoyen.

 

Je terminerai en citant Sénèque:

Ce n’est pas parce que les choses sont difficiles que nous n’osons pas, c’est parce que nous n’osons pas qu’elles sont difficiles.
 

A tous bonne rentrée!

 

Béatrice Robert